Premières rencontres de l’Institut Européen Est-Ouest

Les dernières années de la vie de Sénac de Meilhan (1801-1803), d’après sa correspondance inédite avec le comte Razumovskij et le prince de Ligne

 

 

Les dernires annes de la vie de Snac de Meilhan (1801-1803),
d’aprs sa correspondance indite avec le comte Razumovskij
et le prince de Ligne

 

Alexandre STROEV
Universit de Bretagne Occidentale

 

En 1790, Gabriel Snac de Meilhan, crivain et homme d’tat, quitte la France rvolutionnaire. En 1791, aprs un court sjour en Russie, il s’installe en Allemagne et, ensuite Vienne. Cette dernire priode de sa vie est la moins connue ; les sources russes apportent des lments qui aident la reconstruire.

En 1792 et 1793, Vienne, Snac de Meilhan multiplie des projets politiques, envoys Catherine II, au prince Kaunitz et aux Princes en exils. Il voudrait tre intermdiaire entre les migrs franais et les monarques europens, il aspire un poste diplomatique qui le placerait au-dessus des autres ambassadeurs dont il coordonnerait l’activit. Dans une lettre indite Catherine II, il vise, sans le dire ouvertement, la place du ministre russe Vienne, occup par le comte Andrej Razumovskij et traite ce dernier avec une certaine condescendance.

Pendant le second sjour viennois, tout change radicalement. Comme d’autres migrs, protgs jadis par Catherine II, Snac de Meilhan demande et redemande de l’aide Alexandre Ier. Pour obtenir une somme forfaitaire ou le rtablissement de sa pension, annule par Paul Ier, l’crivain recourt la protection de son vieil ami, le prince de Ligne, et celle de l’ambassadeur, le comte Razumovskij. Leur correspondance se prsente comme un petit roman pistolaire sentimental, sorte de suite de son roman L’migr (1797). Presque toutes les dates de lettres manquent ; nanmoins, la chronologie intrieure permet de rtablir les tapes de l’intrigue et la chute imprvue. Pour charmer ses correspondants, Snac de Meilhan multiplie ses masques : crivain, financier, historien, homme mondain, ami sensible, tendre pre, pauvre malade. Il implore, envoie des analyses conomiques et des uvres littraires, promet de continuer la rdaction de l’histoire de la Russie, et, plusieurs reprises, recourt au chantage : il menace de vendre les papiers de l’impratrice Catherine II qui sont en sa possession, ses lettres et crits historiques. Aprs le refus net d’Alexandre Ier, le romancier sort sa dernire carte : il prsente une bauche de prosopope de Catherine II, adresse son petit-fils. Cela ne l’empche pas de prparer son retour ventuel en France, de venir Paris, d’crire Fouchet, Talleyrand et Bonaparte pour demander d’tre radi officiellement de la liste des migrs. Snac de Meilhan tente de profiter en mme temps des secours de ses deux fils, l’an qui vit Saint-Ptersbourg et le cadet qui est rest Paris. La mort tragique du fils cadet oblige Snac de Meilhan revenir Vienne. L’heureuse nouvelle d’une aide impriale qui tire l’crivain de la pauvret arrive trop tard, quelques semaines avant son dcs.

L’analyse littraire, historique et sociopsychologique de cette correspondance, sa comparaison avec d’autres lettres analogues, notamment avec celles de Frdrique Melchior Grimm, permet de reconstruire la vie des migrs franais, les modles de leur comportement et leurs stratgies pistolaires.

 



Alexandre Stroev

Alexandre Stroev est professeur de littrature franaise du XVIIIe sicle l’universit de Bretagne Occidentale.

***

Publications rcentes :

riger une Rpublique souveraine, libre et indpendante (Mmoires de Charles-Leopold Andreu de Bilistein sur la Moldavie et la Valachie au XVIIIe sicle) (en collaboration avec I. Mihaila), Bucarest, Editure Roza Vnturilor, 2001.

Les Aventuriers des Lumires, trad., Paris, PUF, 1997 ; Moscou, NLO, 1998.

Livre et lecture en Russie, Paris, IMEC ditions-ditions de la MSH, 1996.

Voltaire et la Russie (en russe ; en collaboration avec A. Mikhalov), Moscou, Nasledie, 1999.