ʹina" />
Retour  l'accueil
 

 


ENS Lettres et Sciences Humaines

 

 


Les rapatris russes de Chine : l’itinraire de l’crivain Natalija Ilʹina

 

Vronique JOBERT
Universit Paris IV-Sorbonne, Centre de recherches sur les littratures et les civilisations slaves

 

Aprs la seconde guerre mondiale, rpondant l’appel lanc par Staline aux migrs blancs et leurs descendants, de nombreux Russes migrs Kharbine et Shangha regagnrent leur pays d’origine. Beaucoup d’entre eux furent presque immdiatement arrts, expdis dans des camps de Sibrie, dont certains ne revinrent jamais.

D’autres, plus chanceux, parvinrent refaire leur vie en Union sovitique, parfois mme y acqurir une notorit certaine. Ce fut le cas, notamment, de Oleg Lundstrem, clbre musicien de jazz, Aleksandr Vertinskij, pote et chanteur, ou encore de l’crivain Natalija Ilʹina.

Natalija Iosifovna Ilʹina (19 mai 1914 - 19 janvier 1994), dont ses amis moscovites commmorent le 90e anniversaire cette anne, regagna l’URSS la fin de l’anne 1947. Un recueil de souvenirs en son honneur a t publi Moscou en mai 2004[1].

Les souvenirs de ses plus vieux amis de l’migration, comme la potesse Larisa Andersen, le musicien et chef d’orchestre Oleg Lundstrem, l’crivain Valerij Jankovskij, qui figurent dans cet ouvrage, nous permettent de mieux apprcier les raisons profondes qui ont pouss tous ces « rapatris » s’installer en Union sovitique.

Les souvenirs de Natalija Ilʹina elle-mme, rdigs en 1957, c’est--dire dix ans exactement aprs son retour, sont rests indits dans leur premire version. Elle les a utiliss dans un dernier rcit autobiographique, publi aprs sa mort[2] Moscou. Nous les avons rdits dans ce recueil de souvenirs, car ils livrent quelques clefs prcieuses pour mieux comprendre les motivations et les ractions des diffrents rapatris, lorsqu’ils posrent pour la premire fois le pied sur le sol sovitique.

Les dbuts littraires de Natalija Il ?ina dans la presse de Shangha, notamment dans les journaux de langue russe, tels que Sanhajskij bazar et Sanhajskaja Ziznʹ, puis partir de 1942, dans le journal sovitique Novaja Ziznʹ, nous permettent de suivre son itinraire et d’apprhender les motivations profondes de son imprieux dsir de retrouver la patrie de ses anctres, le pays dont la langue est le russe. Sa correspondance avec des amis rapatris, les souvenirs de Vitalij Serebrjakov[3] crits Sverdlovsk en 1989 sont cet gard galement trs clairants.

Notre propos est donc d’analyser, dans la mesure du possible, la lumire de nouveaux textes parus en Russie post-sovitique, de documents d’archives prives, des premires publications de Natalija Ilʹina en Chine, le parcours de cet crivain au destin peu banal.

 



Vronique Jobert

Vronique Jobert, agrge de russe, est professeur l’UFR d’tudes slaves de l’universit Paris IV-Sorbonne o elle dirige le sminaire de DEA : « Mutations en Russie post-sovitique ».

Elle enseigne la langue et la civilisation russes et dirige l’enseignement du russe l’UFR de LEA (Langues, entreprises et affaires), notamment au niveau du DESS « Commerce international ».

Elle est membre du Centre de recherches sur les littratures et les civilisations slaves (EA 1490, universit Paris IV-Sorbonne) ainsi que du Centre de recherches « Monde slave et interculturalit » (CRIMS, universit Toulouse II-Le Mirail).

***

Dernires publications :

 

I tolʹko pamjatʹ obo vsem ob tom... Natalija Ilʹina v vospominanijax druzej, V. Zober sostavlenie, Jazyki slavjanskoj kulʹtury, Moscou, 2004.

« Prodolzenie tradicij pistoljarnogo zanra v sovetskoe vremja na primere pisem Olʹgi Aleksandrovny Tolstoj-Voejkovoj » in GONCAROV I.A. 190 let, Materjaly Mezdunarodnoj naucnoj konferencii, posvjascennoj 190-letiju so dnja rozdenija I.A. Goncarova, Oulianovsk, 2003, p. 311-319.

« Olʹga Aleksandrovna Tolstaja - Voejkova : Iz Ulʹjanovska v Manʹczuriju. Pisʹma 1927 goda », Publikacija Veroniki Zober, KONTINENT, n° 116, 2003, p. 282-318.

«  Des nids de gentilshommes la patrie d’Ilʹic : l’histoire contraste de Simbirsk-Ul ?janovsk », in Les tudes rgionales en Russie : origines, crise, renaissance (1880-1990), Cahiers slaves, n° 6, 2002.

 


[1] I tolʹko pamjatʹ obo vsem ob tom, Moscou, Jazyki slavjanskoj kulʹtury, Moscou, 2004.

[2] « Tihij okean », Voprosy literatury, Moscou, 1, 1994.

[3] V. Serebrjakov, Polzizni v migrazii, Vospominanija o dalekom proslom, manuscrit en 2 volumes, Sverdlovsk, 1989.